Menaces de Mort: Un Avocat Haïtien Defenseur des Droits de L’home Fait Face:La Global Justice Clinic de NYU lance un appel à la protection par l’ONU des défenseurs des droits de l’Homme en Haïti

COMMUNIQUE DE PRESSE – POUR DIFFUSION IMMEDIATE

A 6:30 (GMT – 5), le 23 octobre 2013

Contact: Margaret L. Satterthwaite, margaret.satterthwaite@nyu.edu / +1-212-998-6657 / + 1-347-277-5035

MENACES DE MORT : UN AVOCAT HAÏTIEN DEFENSEUR DES DROITS DE L’HOMME FAIT FACE

La Global Justice Clinic de NYU lance un appel à la protection par l’ONU des défenseurs des droits de l’Homme en Haïti

(New York, le 23 octobre 2013)—Des jours après l’arrestation dramatique de Me André Michel, la Global Justice Clinic de New York University School of Law a invité le Rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme à contribuer à mettre un terme au harcèlement systématique grave et aux menaces de mort persistantes et sérieuses auxquels sont confrontés les défenseurs des droits de l’Homme en Haïti. La requête soumise au Rapporteur Spécial vise la protection de l’avocat haïtien Patrice Florvilus, un éminent défenseur des droits de l’Homme et Directeur de « Défenseur des Opprimés » (DOP), organisation haïtienne d’assistance juridique établie à Port-au-Prince. L’avocat Patrice Florvilus est récemment devenu la cible de menaces de mort, de surveillance et d’accusations pénales infondées. L’arrestation de l’avocat André Michel mardi dernier et des menaces récents à l’encontre des journalistes révèle véritablement les risques et dangers graves qu’encourent les défenseurs des droits de l’Homme en Haïti en raison de leur travail légitime de défense des droits humains. A ce stade critique, la Global Justice Clinic de la faculté de droit de NYU lance un appel conjoint au Rapporteur Spécial de l’ONU pour lui demander de prendre d’urgence des mesures de protection.

L’avocat Patrice Florvilus est victime de menaces depuis qu’il a commencé à assurer la représentation légale indirecte de deux résidents d’un camp de déplacés à Port-au-Prince qui ont été victimes de brutalité policière. L’un des résidents a été grièvement blessé, l’autre a été tué alors qu’il était en garde à vue. « Les gens qui étaient plus fougueux avant vous ne sont plus. Si vous n’arrêtez pas avec ce que vous faites, vous aurez le même sort ». Il s’agit là d’un message parmi tant d’autres transmis aux membres du personnel de DOP dans le but évident de dissuader l’avocat Patrice Florvilus de faire avancer ce dossier de brutalité policière. Une source au sein de la police nationale haïtienne l’a également averti au sujet d’un complot visant à l’assassiner. Depuis, un véhicule de police l’a suivi à plusieurs occasions, son personnel a reçu des menaces téléphoniques, et des individus inconnus, certains prétendant être des policiers, ont approché son personnel de manière systématique pour demander où il se trouvait.

En aout 2013, l’avocat Patrice Florvilus a été assigné à comparaître en lien avec des accusations infondées d’incendie criminel et d’ « association de malfaiteurs » (conspiration criminelle). Malgré les efforts entrepris par ses avocats pour convaincre le procureur général d’abandonner les poursuites, ce dernier refuse d’y mettre un terme. L’avocat André Michel a également été victime d’accusations pénales et d’intimidation dans les mois qui ont précédé son arrestation ce mardi. Il en va de même pour l’éminent avocat défenseur des droits de l’Homme Mario Joseph du Bureau des Avocats Internationaux, qui est la cible systématique de menaces et d’harcèlement.

« Le fait de prendre Patrice Florvilus et d’autres avocats pour cibles démontre une réelle tendance troublante à l’obstruction étatique du travail légitime de défense des droits humains en Haïti », a expliqué Margaret Satterthwaite, directrice de la Global Justice Clinic, à la faculté de droit de NYU. « L’utilisation par le gouvernement des institutions publiques, telles que les organes de répression, en plus de son absence de réaction face aux menaces judiciaires et extrajudiciaires rend les défenseurs des droits humains complètement et dangereusement vulnérables. A tout niveau du gouvernement, qu’il s’agisse des agents du maintien de l’ordre ou des tribunaux, tous ont pour obligation essentielle commune de sauvegarder les droits de l’Homme. » La Global Justice Clinic implorent le Rapporteur Spécial de demander des engagements spécifiques de gouvernement haïtien visant la protection de Patrice Florvilus. La Clinic demande également au Rapporteur Spécial d’effectuer une visite à Haïti afin d’examiner la situation dangereuse des défenseurs des droits de l’Homme sur place, particulièrement des avocats et des journalistes, et recommander des mesures de protection à leur égard.

Cliquez ici pour obtenir plus de renseignements sur le travail de la Global Justice sur les droits de l’Homme en Haïti.

Quelques informations sur la Global Justice Clinic

La Global Justice Clinic (Clinique sur la Justice internationale) de la faculté de droit de NYU (New York University School of Law) fournit des services juridiques de qualité sur les questions de droits de l’Homme à des clients particuliers ainsi qu’aux organisations non-gouvernementales et intergouvernementales, en partenariat avec des groupes américains et étrangers. En travaillant en tant que conseillers juridiques, avocats ou militants, les étudiants de la Clinique travaillent côte à côte avec des défenseurs des droits de l’Homme du monde entier. La Clinique travaille sur des questions relatives aux droits de l’Homme en Haïti depuis sa création.